Sondage OpinionWay : le moral
des dirigeants va mieux

Interrogés au mois de mai par OpinionWay pour CCI France/La Tribune/LCI dans le cadre de "La Grande consultation", 60% des chefs d'entreprise se déclarent confiants contre 53% en avril.

Le moral des dirigeants connaît une embellie. Selon le dernier baromètre réalisé par OpinionWay pour CCI France, La Tribune et LCI publié ce jeudi 30 mai, l'indicateur, qui prend en compte les questions de confiance à l'égard de l'évolution de l'économie et d'appréciation de la situation actuelle, a bondi de 10 points pour passer de 107 à 117. Un niveau inédit depuis septembre 2018.

Après avoir connu une chute spectaculaire entre le début de l'automne et la fin d'année, l'indicateur de l'optimisme ne cesse de grimper. Les derniers chiffres de l'Insee pour le premier trimestre indiquent que si la croissance a légèrement ralenti par rapport au dernier trimestre 2018 (0,3% contre 0,4%), l'économie française résiste relativement bien au regard des risques qui pèsent sur la conjoncture mondiale.

 

Fort rebond dans les petites entreprises

Dans le détail, cette progression s'explique en grande partie par une amélioration pour les entreprises ayant entre 0 et 9 salariés. L'indice passe ainsi de 105 à 115 pour cette catégorie. Pour les entreprises comptant plus de 9 salariés, l'indice fait du surplace à 124 tout en restant à un niveau très favorable.

Interrogés sur les qualificatifs qui caractérisent le mieux leur état d'esprit, une bonne majorité des entrepreneurs se déclare confiants (60% ; +7 points par rapport à avril). Et 44% se montrent optimistes (+ 8 points). À l'opposé, les adjectifs qui caractérisent le pessimisme sont en recul. L'inquiétude (18%, - 2 points), la méfiance (16%; - 7 points) et l'attentisme (15%, - 9 points) perdent du terrain dans les milieux patronaux tandis que l'angoisse demeure à un niveau similaire à celui du mois d'avril (4%).

 

En dépit de cette amélioration générale, il existe des disparités en fonction de la taille des entreprises. Ainsi, 60% des entreprises de 0 à 9 salariés sont confiants contre 70% chez les entreprises de plus de 10 salariés. L'écart est encore plus marqué pour l'optimisme (43% contre 57%) ou pour l'inquiétude (19% contre 6%).

En dépit des incertitudes sur la conjoncture mondiale, 76% des personnes interrogées sont confiantes pour les perspectives concernant leur entreprise. Ce ratio atteint des sommets pour les entreprises ayant plus de 9 salariés (93%). Au niveau de l'économie mondiale, cette proportion atteint 46% en progression de 3 points par rapport au mois d'avril. Enfin, la progression est encore plus significative pour les perspectives relatives à l'économie française avec 5 points en plus (46%). Pourtant, la plupart des institutions ont révisé à la baisse leurs prévisions de croissance pour 2019 même si l'économie hexagonale résiste plutôt bien au ralentissement européen.

Les chefs d'entreprise en grande majorité opposés au télétravail

De plus en plus plébiscité par les salariés, le télétravail est une forme « d'organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait également pu être exécuté dans les locaux de l'employeur est effectué par un salarié hors de ces locaux de façon régulière et volontaire en utilisant les technologies de l'information et de la communication dans le cadre d'un contrat de travail ou d'un avenant », selon le Code du travail.

Un baromètre réalisé par OpinionWay en 2018 indiquait que 49% des salariés souhaitent télétravailler. Cette proportion est encore plus importante chez les jeunes. Ainsi, 55% des moins de 30 ans veulent pratiquer cette organisation du travail contre 51% chez les 40-49 ans. Malgré cet engouement chez les salariés, cette forme d'organisation est loin de faire l'unanimité dans l'état-major des entreprises. Ainsi, 96% des patrons interrogés déclarent qu'ils ne sont pas prêts à faciliter le télétravail pour réduire le déplacement des salariés.

Des zones de revitalisation rurale peu connues

Depuis 1995, des zones de revitalisation rurale ont été mises en place dans des communes en difficulté. À l'intérieur de ces territoires, les entreprises peuvent bénéficier de dispositifs fiscaux ou sociaux avantageux. Interrogés sur les ZRR, peu de dirigeants d'entreprises (8%) implantés dans ces zones « attribuent de l'importance à ce dispositif dans leur choix de s'implanter sur le territoire ». Beaucoup estiment que cela n'a pas eu ou peu de conséquences sur leur décision d'implantation (46%). Une bonne partie indique qu'ils ont implanté leur société avant que les ZRR soient définies (35%). Enfin, 11% des entreprises questionnées indiquent qu'elles ignoraient que leur entreprise était implantée dans cet espace.

Télécharger le fichier pour en savoir plus...